Occitanie, le coup de gueule d’un sympathisant

Parce que notre identité n'est pas négociable

Ceci est une lettre de « félicitations » dédiée à nos élus départementaux.
Les sénateurs en premier, puisque va venir une élection pour leur renouvellement partiel très bientôt.
Ensuite à nos députés sortants et sortis, les maires, notre conseil général, et surtout nos conseillers régionaux de la majorité de gauche au pouvoir aux côtés de la « grande » Carole DELGA.

Nous habitions il y a peu de temps le Languedoc Roussillon, une région qui même si elle ne nous reconnaissait pas en tant que Catalans, reconnaissait au moins la plaine du Roussillon. En oubliant certes le Vallespir, la Cerdagne, les Aspres et le Conflent, entre autres.

Mais alors que dire de nos élus de la région Occitanie. Face à une Carole Delga qui se retrouve soudainement Occitane et Toulousaine, ils ne lui ont pas fait découvrir un oubli de 300.000 habitants qui ne partagent ni la langue, ni la culture, ni l’Histoire de cette région.

Nous voilà anciens Catalans, héritiers du royaume de Majorque, rayés de la carte, perdants d’une guerre qui n’a pas été déclaré, trahis par nos généraux.

En silence parce que bien élevés nous ne posons pas de bombes.

Toutes nos « félicitations » pour leur inefficacité chronique et leur absence de combat.

C’est donc le lot des Catalans des 2 côtés, d’être méprisés, trahis ou ignorés et de ne pouvoir sortir les drapeaux en chantant l’Estaca seulement dans un stade.

Henry-Jean Puig
sympathisant DLF